GSM1

0h30 locale.
 
Adieu, les hommes !
 
Les adieux furent émouvants (au moins pour moi)…
Il faut se retenir... Ca me fait chier de partir…
 
Je suis à coté du chauffeur de la P4 des F.S.
Avec ses deux mitrailleuses elle est un vrai blindé…
 
Nous roulons à tombeau ouvert…
Les deux servants sont aux aguets derrière leurs lunettes de protection, malgré les violents cahots de cette piste infinie…
 
Encore une vingtaine de kilomètres et je serai à Charikar…
Charikar, où le chemin de ces trois commandos des F.S et le mien se séparera…
 

Charikar, où j’attendrai l’avion ravitailleur pour repartir voir ma petite chérie qui me manque, mes enfants qui me manquent…

 

A moins qu’une place soit prévue sur une ligne régulière…

 
Que puis-je leur dire ? Pour qu’ils aillent en parler dans la cour de récré ?
 
« Papa était en vacances !». Non, ridicule et égoïste…
 
J'ai trouvé : « Ma boîte m’a envoyé faire un audit sur un chantier à l’étranger !». Où ?
« En Pologne »… Non ! Je suis trop bronzé… « Au Caire ! », voila c’est ça, au Caire…
 
Et ma petite Chérinette, amour de ma vie, lui ai-je manqué ? En tout cas je m’imagine déjà dans ses bras… Nous nous dirons des mots d’amour. Nous ferons l’amour…
 
Le temps est long sur cette route malaisée…
14h50 heure locale
 
Beaucoup dormi. L’avion n’attend pas.
Quel magnifique pays
C’est vraiment dommage…

 

Epilogue - mardi 19 août 2008
 
Et bien non, je ne retournerai pas en Afghanistan !
Rue Saint Dominique, l'ambiance était feutrée et moi j'étais fatigué... Sujet : L’embuscade de la veille à l’est de Kaboul…
Explications compliquées et alambiquées, mais dont je ressors l'essentiel que j'ai mis beaucoup de temps à comprendre :
Le ministère de la défense n'a pas voulu appliquer les consignes de survie que j'avais enseignées en avril. L'état-major, a obéi comme un petit toutou.
Vous avez voulu monter une patrouille en coopération avec les F.S. Américaines et Afghanes ??? On voit le résultat !!!
L'embuscade n'est pas le fruit du hasard !!!
Vous êtes espionnés, observés, écoutés. "Ils" savent avant vous quand les gars vont partir !!! Je vous l'ai dit et ça ne vous a pas plu.
Arrêtez de vous comporter comme les ricains. Je sais que c'est voulu par Sarko ! Coopérer avec des gens qui fument et rigolent en pleine mission, alors que 200 paires d'yeux et d'oreilles sont planqués tout autour...
 
Laissez à l'officier commandant la patrouille la décision de quand et comment il démarre sa patrouille. Et laissez appliquer les consignes de prudence (que je n'énumèrerai pas ici pour raison de secret militaire, mais qui sont marquées au coin du bon sens et par l'expérience de leur efficacité), laissées à la fine fleur de vos sous off et off subalternes des F.S.
"La seule mission importante est de revenir vivant", ai-je dit à cette bande d'emplumés, bons à rien, qu'à obéir à des ordres idiots au nom de l'admiration de Sarko pour l'Amérique.
A l'hôtel de Brienne, ils se passeront de mes conseils à l'avenir. Et je crois que Morin m'a définitivement marqué à l'encre rouge.
C'est vrai aussi, pourquoi ne sais-je pas tenir ma langue comme les autres ?...
Précisément parce qu'on a perdu 10 hommes pour rien !
Je crois que je vais le payer cher. Il faut bien qu'ils vengent leur humiliation sur quelqu'un...