GSM1

Octobre 2008 : Quelques jours après mes commentaires sur Uzbin... Il paraît qu'ils ont déplu chez les huiles, surtout quand elles sont fraichement nommées...
 
J’en ai pris pour mon grade, ce jour là, rue Saint Dominique...
 
Ce Mangou, ou Mangouste, je ne sais au juste, avec sa tranche de cake, m’a remonté les bretelles…
 
Surpris par son ton tranchant, je lui fis alors savoir que je ne le connaissais pas et n’avais donc pas à entendre semblables propos de sa part. Je connaissais certes, Brochand, avant son remplacement, mais surtout, je m’attendais à être reçu par un résident de ces lieux, pas par la cinquième colonne, à laquelle je n’avais pas de compte à rendre…
 
Je reçu alors de la part de mon interlocuteur, sur un ton subitement plus calme, l’affirmation qu’il parlait au nom de la défense, dont personne ne pouvait être disponible, occupés qu’ils étaient par des tâches autrement importantes.
 
Je me défendis donc de n’avoir aucunement révélé ni la tactique, ni les objectifs, ni les résultats des missions auxquelles j’avais participé.
Quand aux mises en garde sur mes excès de verbe concernant l’exécutif, je l’avertis en retour, de ma volonté de garder ma pleine liberté de citoyen, puisqu’aucun contrat n’entravait ma liberté d’expression et de plus, que la moindre censure pratiquée à mon encontre, leur vaudrait une publicité auprès des rares journaux encore libres…
 
Nous primes congés assez sèchement, il faut bien le reconnaître…
 
Ouf !..Dur, Dur !..